Avis publique Parlons Sports avec Kevin Bissonnette L'Astro-Blog La Météo

mardi, mars 20, 2007

Les verts font campagne pour une santé à la hauteur des espérances des Québécois

Acton Vale, 13 mars 2007 - « La santé a longtemps été associée au système de soins et au traitement des maladies. On sait aujourd’hui que la santé ne se résume pas à l’accès à des services médicaux et la situation peut devenir problématique lorsque la prévention est laissée pour compte», a déclaré Scott McKay, chef du Parti vert du Québec.

Nous assistons maintenant à l’augmentation des maladies chroniques dues au stress, au travail ou aux facteurs environnementaux. Malgré les grands investissements en soins palliatifs, plusieurs Québécois sont toujours à la recherche d’un médecin de famille. La plupart des citoyens sont laissés à eux-mêmes lorsqu’ils veulent prendre en charge leur santé. La situation actuelle ressemble de plus en plus à une fuite vers l’avant : le budget de la santé est en constante croissance et, bien que la majorité des gens soit satisfaite des soins reçus, il y a toujours un problème évident d’accessibilité, sans compter la croissance des coûts qui semble incontrôlable.

«Il semble donc clair que nous devons donner un coup de barre et prendre la direction d’une santé à échelle humaine qui permet à tous de jouer un rôle actif dans la prise en charge de sa santé», a souligné Scott McKay.

Le Parti vert du Québec propose, notamment :
- La création d’un système de coopératives de services de santé devant permettre à des citoyens, des mutuelles, des municipalités, sous la surveillance d’un pharmacien agréé, d’offrir un accès plus proche et plus rapide aux médicaments et aux soins. Pour cela, le PVQ fera abolir la loi permettant uniquement à un pharmacien d’être le propriétaire d’une pharmacie.

- Allouer un plus large pourcentage du budget de la santé à la prévention et à l’éducation en santé.

-Mettre en place des mécanismes de validation des médecines alternatives pour intégrer celles qui fonctionnent et sévir contre les charlatans.

-Éliminer les frais supplémentaires pour être reconnu comme agriculteur biologique.

-Aider les agriculteurs à faire la transition vers une agriculture durable : programmes de formation, de
certification « sans pesticides » qui serait un intermédiaire vers le biologique.

-Sortir la malbouffe des écoles et des lieux publics et valorisation de la nutrition à l’école.

-Étiquetage obligatoire des OGMs.

Libellés : ,

0 Comments:

Publier un commentaire

-

Créer un lien

<< Home