Avis publique Parlons Sports avec Kevin Bissonnette L'Astro-Blog La Météo

samedi, décembre 02, 2006

RU-486; remède contre le cancer

Des chercheurs américains ont réussi à éviter à des souris de développer un cancer du sein d'origine génétique en leur prescrivant la pilule abortive, le RU-486. Leurs travaux ont été publiés vendredi dans le journal Science.

Personne ne suggère d'utiliser le RU-486 dans cette indication chez les humains, mais cette expérience permet d'illustrer combien le gène impliqué dans le cancer du sein, le BRCA1, fait des ravages, simplement en fabriquant une protéine, la progestérone, que le RU-486 réussit à bloquer.

Si les chercheurs réussissent à mettre au point un bloqueur d'hormone, cela offrira une alternative longuement attendue aux femmes porteuses du mauvais gène. "Nous devons tous être prudents", a déclaré la biologiste cellulaire Eva Lee, de l'Université de Californie à Irvine, qui dirigeait cette recherche. "Mais j'espère que si nous disposons d'un meilleur anti-progestérone, nous aurons d'autres moyens à notre disposition à l'avenir pour ces femmes".

Des spécialistes du cancer non impliqués dans la recherche se sont félicités de ce travail, même s'ils ont averti les femmes de ne pas nourrir encore trop d'espoir.

"C'est une voie qui vaut la peine d'être poursuivie à un niveau de recherche", a déclaré le Dr Claudine Isaacs, oncologue à hôpital de l'Université Georgetown, qui travaille avec des porteurs du gène BRCA1 et d'un gène apparenté. "C'est un travail chez les souris. Il est de toute évidence trop tôt pour recommander l'utilisation de cette substance".

Selon le Dr Len Lichtenfeld, directeur-adjoint de la Société américaine du cancer, chercheurs comme patientes vont "s'intéresser à ce sujet et l'explorer plus avant". Mais il a tenu à préciser qu'il n'était pas "approprié que les femmes commencent à prendre le RU-486 pour cela". Une utilisation à long terme du RU-486 pourrait, selon lui, attaquer le système immunitaire et entraîner d'autres effets secondaires.

Un cancer du sein sera diagnostiqué chez des milliers de femmes cette année, qui sera dans 5 à 10% des cas d'origine génétique. Les femmes ayant hérité d'une ou de plusieurs mutations du gène BRCA1 présentent un risque bien plus grand de cancer du sein que la moyenne: à l'âge de 70 ans, plus de la moitié d'entre elles auront développé soit un cancer du sein, soit un cancer des ovaires.

A l'heure actuelle, ces femmes ont le choix entre plusieurs stratégies: un suivi régulier de manière à détecter le cancer le plus tôt possible; l'ablation des deux seins alors qu'elles sont en bonne santé; prendre un médicament anti-cancer, le tamoxifène; se faire retirer les ovaires avant 50 ans.

Eva Lee et ses collègues ont créé des souris dont seules les glandes mammaires présentaient cette mutation génétique.

Les scientifiques ont découvert que le mauvais gène était à l'origine d'une surproduction de récepteurs à la progestérone dans le tissu de la glande mammaire. Ce qui signifie que l'hormone reste plus longtemps qu'elle ne le devrait, entraînant une croissance excessive des cellules. Les glandes mammaires de ces souris transgéniques ont l'aspect qu'elles devraient avoir au cours de la grossesse.

La preuve ultime est venue du RU-486, la pilule abortive, connue aussi sous le nom de mifepristone. Le RU-486 interrompt la grossesse en s'opposant à l'action de la progestérone, une hormone indispensable à la nidation.

A la place du comprimé, les scientifiques ont diffusé du RU à un rythme lent dans le corps de la souris pendant deux mois. A huit mois, chacune des souris non traitées avait développé une tumeur, alors qu'aucune de celles sous RU-486 à l'âge de 12 mois.

Libellés : ,

0 Comments:

Publier un commentaire

-

Créer un lien

<< Home