Avis publique Parlons Sports avec Kevin Bissonnette L'Astro-Blog La Météo

samedi, mars 21, 2009

Un pittoresque village anglais est à vendre

Des moutons sur les collines, des faisans le long des routes, des maisons pittoresques autour d'une petite église en pierre. Pour 23 millions de livres (40,8M$), le village de Linkelholt, un petit morceau verdoyant d'Angleterre, est à vendre. Avec ses 21 maisons, son grand manoir, et son terrain de cricket, le domaine compte 607 hectares de fermages et 172 hectares de forêts. Le tout est à vendre, à l'exception de l'église Saint Peter.

La quarantaine d'habitants, dont beaucoup ont vécu là toute leur vie, espère que le nouveau propriétaire conservera le domaine dans son intégralité, et résistera à la tentation de vendre la propriété parcelle par parcelle, à seulement 120 kilomètres au sud-ouest de Londres. «Le jardin d'Eden, c'est ici», lance Alan Smith, 84 ans, habitant du village depuis 1948. «Je ne veux rien d'autre, je n'ai besoin de rien», ajoute sa femme Betty, 79 ans, née à Linkenholt. «Nous sommes juste heureux».

Les habitants du village vivent des récoltes de blé, d'orge et d'avoine, et de l'élevage de bovins et de moutons. Linkenholt appartient dans son intégralité au propriétaire du domaine, qui loue les maisons aux habitants. Les loyers vont de 600 livres (1060$) à 5000 livres (8 900$) par mois, selon l'agent immobilier Tim Sherston, qui précise que le bail a été prolongé d'au moins deux ans.

Ce n'est pas la première fois que le village est à vendre. En 1629, il a été acheté pour 2000 livres (3600$) -et revendu 12 000 livres (21 300$) soixante ans plus tard. Restée dans la même famille jusqu'au 19e siècle, la propriété a été acquise par Roland Dudley dans les années 1920, puis par Herbert Blagrave dans les années 1960. Après la mort de ce dernier, sans héritiers, c'est sa fondation de charité qui est devenue propriétaire.

Selon Tim Sherston, le domaine pourrait attirer de nombreux acheteurs, malgré la crise économique. «Il n'y a vraiment rien de semblable sur le marché», souligne-t-il. Une seule chose manque à Linkenholt: un pub, le dernier ayant fermé il y a quelques années. Mais les personnes assoiffées peuvent toujours se rendre dans les villes voisines. Tina Abbott tient l'épicerie du village, où elle habite depuis 39 ans. «Il n'y a rien à faire» concernant la vente du domaine, admet-elle. «À moins d'avoir assez d'argent pour se l'offrir soi-même!», suggère-t-elle dans un sourire.

Libellés : ,

0 Comments:

Publier un commentaire

-

Créer un lien

<< Home