Avis publique Parlons Sports avec Kevin Bissonnette L'Astro-Blog La Météo

jeudi, février 21, 2008

À la recherche de médecins pour Acton

Ce n’est pas un secret pour personne, la région d’Acton manque cruellement de médecins. Le Centre de santé et de services sociaux Richelieu Yamaska (CSSSRY) a décidé de se pencher sérieusement sur la question et tente actuellement de mettre de l’avant des solutions novatrices pour améliorer la situation. Parmi ces solutions, l’idée d’une collaboration entre les régions de Saint-Hyacinthe, Drummondville et Granby est mise de l’avant. « C’est au niveau embryonnaire, mais il y a une tentative de partenariat dans l’air entre les trois régions, explique Louise Lacasse, responsable des communications au CSSSRY. Étant donné qu’Acton Vale est au coeur des trois villes, nous avons pensé qu’il serait possible de collaborer. Ce n’est pas parce qu’on appartient à un CSSS qu’on ne peut pas trouver des solutions novatrices ensemble. »

Le processus est enclenché et les instances politiques et communautaires de la MRC ont été rencontrées. Selon Mme Lacasse, des résultats sont envisageables à moyen terme, c’est-à-dire d’ici un an ou deux. En plus de cette possible collaboration, le CSSSRY étudie la possibilité de créer un groupe de médecins de famille (GMF) à Acton Vale. « Un GMF, ce sont des médecins accrédités qui travaillent en partenariat avec le CSSS et qui prennent les patients inscrits en charge, précise Mme Lacasse. Le CSSS fournit des infirmières qui peuvent faire les examens de contrôle et préparer les dossiers avant les rencontres avec les médecins. Ceux-ci peuvent donc voir plus de patients. Les médecins sont de plus en plus intéressés par les GMF, et ça pourrait être un atout pour en attirer de nouveaux dans la région. » Mme Lacasse assure donc que le CSSS met tout en oeuvre pour trouver une solution le plus rapidement possible. « Nous sommes très préoccupés par la situation à Acton Vale, assure-t-elle. Les gens ne doivent pas se décourager, nous nous penchons sur la question et nous avons à coeur de trouver une solution novatrice pour améliorer la situation. »

Heureux mais sceptique
À la clinique médicale, le Dr Luc LaBrèque se réjouit que le CSSSRY se penche sérieusement sur la question, mais il reste plutôt sceptique quant aux résultats possibles. « Il est évident que le recrutement de médecins dans la MRC d’Acton est devenu une priorité pour le CSSS et je serai d’accord avec n’importe quelle solution qu’ils apporteront pour nous donner du support, mentionne-t-il. Mais honnêtement, vous me voyez très sceptique. C’est une mécanique tellement complexe et il y a toutes sortes d’embûches. Les plans régionaux d’effectifs médicaux imposent des restrictions et il ne faut pas oublier qu’il manque 1500 médecins au Québec. Mais s’ils parviennent à libérer quelques plages des médecins des régions avoisinantes pour qu’ils viennent ici, tant mieux. » Pour l’instant, il se contente de profiter de l’aide que le CSSSRY lui a trouvé pour le Centre d’accueil. « J’étais le seul médecin pour le Centre d’accueil, explique M. LaBrèque. Maintenant, ils ont trouvé trois médecins de Saint-Hyacinthe qui viennent me donner un coup de main. Mais c’est temporaire, pour une période de six mois. »

0 Comments:

Publier un commentaire

-

Créer un lien

<< Home